Lucien Pelen est-il un super héros ? Au premier regard sur l’œuvre de cet artiste lozérien, la question prête au mieux à sourire, paraît même absurde. Généralement, les personnages cultes des comics se distinguent par leur costume étrange, leur pouvoir surhumain et leur capacité à se porter au secours d’autrui, à sauver l’humanité. Ils sont immédiatement reconnaissables par leurs muscles saillants et des codes graphiques flashy. Apparemment, rien de tout cela chez Pelen !
Au second regard, on distingue (sur la photo de couverture) des attributs qui soudain sèment le doute. Lucien Pelen porte en effet une combaison bien particulière, un bleu de travail plein de sens (que le noir et blanc de la photo ne permet certes pas d’identifier aussitôt), il est coiffé d’un seau tel un heaume et dresse contre l’imposant monolithe un outil agricole nommé griffon. Tant le monstre de pierre que « l’arme » de ce personnage évoquent bien des icônes mythologiques.

Mais que dit Pelen par cette photo ? Outre une explication plus complète de l’œuvre de l’artiste (p. 20), à propos de l’exposition qui lui est consacrée au musée Henri Prades de Lattes, le focus qu’artdeville place sur cette image est en soi une piste. À la fois sombre et drôle, elle fait sourire, voire carrément rire malgré une certaine gravité, et traduit parfaitement l’état d’esprit qui aujourd’hui prévaut dans les pages à suivre comme dans l’actualité.

Super Hérault, ces Héraultais-es qui changent le monde, tel est le titre par exemple du livre publié chez chicxulub que vous vous devez d’acquérir sans délai ! Non seulement vous passerez un moment surprenant et sympathique à la découverte de la richesse et du dynamisme de l’Hérault d’aujourd’hui, mais vous vous réjouirez de cet optimisme dans un contexte local qui n’y prête guère. Last but not least, vous permettrez aussi à l’association éditrice d’artdeville (Dardevil !) de diversifier ses ressources et pérenniser ainsi la parution de votre magazine préféré.

Un brin Don Quichotte comme Pelen, avec ce livre et son magazine, chicxulub interroge l’air du temps et tente de relayer les réponses que lui formulent ses contemporains. Pointer son regard dans telle ou telle direction n’est pas chose anodine et, vous, lecteurs d’artdeville, vous ne vous y trompez pas : sombre ou lumineuse, l’actualité démocratique locale, environnementale et culturelle de la région montpelliéraine a besoin d’être observée sous ses deux faces. Toutes puissantes et porteuses potentielles des solutions en la matière, ces collectivités locales se comportent souvent brutalement, tant elles doutent d’elles-mêmes (réforme territoriale oblige, mais pas seulement), ce qui ne produit guère de projets mobilisateurs – c’est un euphémisme ! Critiques et propositions alternatives fleurissent, mais elles crispent élus et administration institutionnellement peu aptes à en assumer le caractère légitime, alors que la confiance réciproque est une clé de la réussite.

Artdeville est menacé dans son existence, vous le savez, victime de chantage pour sa ligne éditoriale : «un truc pour bobos intellos», «qui n’aide pas». Nos annonceurs sont menacés de sanctions économiques s’ils s’entêtent à vouloir paraître dans nos pages. Nos publications sont refusées à l’entrée de hauts lieux de la représentation démocratique où pourtant elles devraient être mises en avant. C’est le problème à résoudre, et nous nous y attelons.
Les collectivités publiques sont « l’échelle providentielle » du modèle social et écologique de demain, déclarait Nicolas Hulot devant le conseil régional d’Île-de-France, le 18 juin dernier. Cette vérité a été énoncée au Sommet de la Terre de Rio de… 1992 ! Mais en France, ici, on doute.
Super Hérault, super Métropole, super Région ! Par bonheur, des habitants, associations, chefs d’entreprise, artistes, eux, imaginent, innovent, créent, proposent ici et malgré l’inertie et la fébrilité ! Tout à fait dans l’enthousiasme décrit par Alexandre Jardin dans Laissez-nous faire… on a déjà commencé ! (Robert Laffont). En rien politique, ou alors autrement, Super Hérault, ces Héraultais-es qui changent le monde est une aventure collective (14 auteurs) financée collectivement via le site de crowdfunding Kisskissbankbank (72 souscripteurs – superherault.fr). Achetez-le : devenez à votre tour Super Hérault ! Une excellente manière de prendre sa part à l’œuvre commune, avec le sourire et détermination.

Fabrice Massé

Laisser un commentaire

Commentaire :